biffer


biffer

biffer [ bife ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1576; de l'a. fr. biffe « étoffe rayée »
Rayer d'autorité (ce qui est écrit) pour supprimer. barrer, raturer, rayer; biffure. Biffer un nom d'une liste. N. m. BIFFAGE , 1808 .

biffer verbe transitif (ancien français biffe, étoffe rayée) Barrer, rayer d'un trait ce qui est écrit : Biffer un nom sur une liste.biffer (homonymes) verbe transitif (ancien français biffe, étoffe rayée)biffer (synonymes) verbe transitif (ancien français biffe, étoffe rayée) Barrer, rayer d'un trait ce qui est écrit
Synonymes :
- bâtonner
Contraires :

biffer
v. tr. Rayer, barrer ce qui est écrit. Il a biffé cette clause. Syn. (Suisse) tracer.

⇒BIFFER, verbe trans.
Barrer, annuler d'un trait de plume ce qui est écrit. Ses manuscrits étaient biffés, rebiffés, raturés, grattés, chargés (CHAMPFLEURY, Les Souffrances du professeur Delteil, 1855, p. 176) :
1. À ses adjoints revient la tâche dite de « révision de la copie » qui consiste à rectifier les erreurs, à biffer les redites, à corriger les fautes grossières, ...
G. et H. COSTON, L'A.B.C. du journ., 1952, p. 103.
P. métaph. Supprimer, retrancher, détruire :
2. Je viens de relire encore votre lettre, et il y a tant de tendresse, d'amour, d'affection, j'y sens tant votre âme à travers des reproches immérités qui viennent des malentendus de l'éloignement, que, pour un rien, je bifferais tout ce que je vous ai dit hier.
BALZAC, Lettres à l'Étrangère, t. 2, 1850, p. 145.
3. Le vieillard [Talleyrand], décidé à ne biffer sa vie que quand il n'aurait plus une heure à vivre, opposait à toutes les supplications un obstiné « Pas encore ».
RENAN, Souvenirs d'enfance et de jeunesse, 1883, p. 160.
Spéc., ORFÈVR. Briser les poinçons du maître :
4. Il est entendu, d'autre part, que si l'orfèvre quitte sa profession, il doit remettre son poinçon au bureau de garantie pour être biffé devant lui.
S. GRANDJEAN, L'Orfèvr. du XIXe s. en Europe, 1962, p. 29.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du XIXe s. ainsi que dans DG et Lar. 20e.
PRONONC. ET ORTH. :[bife], (je) biffe [bif]. FÉR. Crit. t. 1 1787 écrit biffer ou bifer.
ÉTYMOL. ET HIST. — a) 1576 biffé « rayé » dans E.-E.-L. MELLEMA, Dict. françois-flameng, Rotterdam; 1584 « effacer de la mémoire » (Guevarre. Epistres dorées, IV, trad. J. de Barraud, 4a dans Rom. Forsch., t. 32, p. 18); b) 1863 orfèvr. (LITTRÉ); ,,vieilli`` d'apr. DG.
Plutôt dér. de biffe1 le tissu en question étant en général rayé (G. DE POERCK, p. 193, v. bbg.) (pour l'évolution sém. conduisant au sens a v. canceller) — qu'à rattacher à un biffe « objet à deux fentes » (allusion à la pratique du Palais de barrer de deux traits à la plume ou au canif les textes annulés), issu de bifida du lat. findere « fendre » (G. DE POERCK, p. 199).
STAT. — Fréq. abs. littér. :95.
BBG. — DE POERCK (G.). Contribution à l'hist. de la racine biff-. In : [Mél. Roques (M.)]. Paris, 1952, t. 4, pp. 187-213. — KUHN 1931, p. 164. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 169.

biffer [bife] v. tr.
ÉTYM. 1576, biffé « rayé »; « effacer de la mémoire », 1584; de 1. biffe « étoffe rayée » plutôt que du lat. pop. bifida, de fundere « fendre ».
1 Effacer (ce qui est écrit), annuler, supprimer, en rayant. Barrer, bâtonner, corriger, effacer, raturer, rayer. || Biffer une phrase d'un trait de plume. Biffure, rature. || Biffer la moitié d'un article. Sabrer.
1 Rayer et biffer (…) n'emportent point l'idée de correction, mais celle d'abolition ou de retranchement (…) Mais biffer c'est rayer d'autorité ou avec colère.
Lafaye, Dict. des synonymes, Effacer…, biffer.
2 Chaque fois qu'il citait un nom, il le biffait violemment d'un trait de crayon qui s'abattait sur le papier comme un couperet sur une nuque.
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, VI, t. I.
3 Enfin, conclut Louis Barthou, je vous promets de ne biffer aucun nom de votre liste sans vous avoir au préalable prié de venir me voir pour le défendre.
Georges Lecomte, Ma traversée, p. 448.
4 L'homme qui d'ordinaire glisse un « mais » dans chacun de ses propos aimerait mieux de perdre une dent que de biffer son petit monosyllabe préféré.
G. Duhamel, Discours aux nuages, I.
Par comparaison :
4.1 Les images changeantes se dessinaient au ciel, vagues et mobiles dans l'hallucination colorée de son œil; et les hirondelles qui rayaient l'espace d'un vol incessant de flèches lancées semblaient vouloir les effacer en les biffant comme des traits de plume.
Maupassant, Fort comme la mort, éd. 1889, p. 4.
Par ext. || Biffer quelqu'un, retrancher son nom (d'une liste).
5 En ce cas-là, vous savez ce qu'il en arriverait; vous seriez biffé de son testament (…)
A. R. Lesage, Gil Blas, VII, 4.
2 Techn. En gravure, « Annuler une planche gravée en la striant de tailles profondes » (Réau).
(1863). Vieilli. || Biffer les poinçons : briser officiellement les poinçons d'un maître-orfèvre lorsqu'il cesse d'exercer sa profession.
3 Par métaphore ou fig. Annuler, supprimer. || On a biffé, on a voulu biffer tout ce qu'il avait dit, fait, sa participation.
CONTR. Ajouter, immatriculer, incorporer, inscrire.
DÉR. Biffage, biffure.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Biffer — is a cricketing slang term for an attacking batsman. A biffer is the opposite of a blocker, being a defending player.In earlier times (particularly pre World War II) cricketers were either amateur ( Gentlemen ) or professional ( Players ).… …   Wikipedia

  • biffer — BIFFER.v. act. Effacer ce qui est écrit, en sorte qu on ne le puisse pas lire. Il ne se dit guère qu en termes de Pratique. Il a été ordonné par Arrêt, que ces mots seront biffés d un tel Livre, ou d un tel écrit. Il a biffé cette clause de son… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • biffer — BIFFER. v. act. Effacer ensorte qu on ne puisse pas lire. Il a esté ordonné par Arrest, que ces paroles seront biffées d un tel livre, ou d une telle escriture. il a biffé cette clause de son testament …   Dictionnaire de l'Académie française

  • biffer — (bi fé) v. a. 1°   Effacer ce qui est écrit. Biffer une ligne. 2°   Terme de palais. Annuler en effaçant. Biffer une clause d un contrat. 3°   Rompre. Il était dit dans les statuts des orfévres que l on bifferait ou romprait les poinçons des… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BIFFER — v. tr. Effacer ce qui est écrit, spécialement Annuler en effaçant. On l’emploie fréquemment en termes de Procédure et de Comptabilité. Il fut ordonné par arrêt que ces mots seraient biffés de son écrit. Il a biffé cette clause de son testament.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • BIFFER — v. a. Effacer ce qui est écrit, en sorte qu on ne le puisse lire, et qu il soit annulé. On l emploie surtout en termes de Pratique et de Comptabilité. Il fut ordonné par arrêt que ces mots seraient biffés de son écrit. Il a biffé cette clause de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • biffer — n British 1. an ugly or unattractive female. Biffa is sometimes used as a children s nick name, usually denoting a burly, boister ous individual, so probably from the colloquial verb biff meaning to hit. It is also the name of a UK waste disposal …   Contemporary slang

  • biffer — vt. => Barrer ; bifâ (Villards Thônes) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • biffa, biffer — n British 1. an ugly or unattractive female. Biffa is sometimes used as a children s nick name, usually denoting a burly, boister ous individual, so probably from the colloquial verb biff meaning to hit. It is also the name of a UK waste disposal …   Contemporary slang

  • biffage — biffer [ bife ] v. tr. <conjug. : 1> • 1576; de l a. fr. biffe « étoffe rayée » ♦ Rayer d autorité (ce qui est écrit) pour supprimer. ⇒ barrer, raturer, rayer; biffure. Biffer un nom d une liste. N. m. BIFFAGE , 1808 . ● biffage ou… …   Encyclopédie Universelle